Le merveilleux monde des applis

Une ribambelle d’activités pour jeunes et moins jeunes cyclistes, skaters et autres rapides du déplacement urbain naissent et disparaissent. Vous les voyez, tous ces cyclistes fluos en sueurs avec un cube dans le dos, arrêtés au pied d’un immeuble à appuyer sur tous les boutons d’un interphone avec la sauce piquante de la pizza qui leur coule dans le dos. C’est du travail. Du service. C’est pour payer les vacances pour les étudiants, c’est mieux que rien pour d’autres.

L’économie circulaire est un bien vieux métier

Si l’économie circulaire est tendance parce qu’on n’a pas le choix, il n’y a qu’a regarder en arrière pour trouver l’inspiration.Les raccommodeurs de faïence, les rempailleurs, les aiguiseurs de couteaux et les rémouleurs vont reprendre du service via des applis, des triporteurs électriques et des food trucks pour entretenir nos objets du quotidien.

La collecte des déchets et des filières pourra s’inspirer des cueilleurs d’orphelins qui ramassaient les mégots. Des véhicules divers sillonnent nos villes et nos campagnes pour collecter nos déchets verts, gris, noir et bleu, les déconstruire, voir tenter avec plus ou moins de bonheur de leur donner une nouvelle vie.

Les restaurants qui cherchent à ne plus gâcher et cuisinent les restes, les applis comme « too good to go » sont les dignes successeurs des marchandes d’arlequins, qui revendaient les restes des restaurants ou des maisons bourgeoises.

Là où le vivant est menacé, on a même inventé un job très délicat : les déménageurs de ruches qui transportent les précieux essaims d’un bout de la France à l’autre de nuit pour reconstituer des colonies disparues.

Energie d’hier et d’aujourd’hui à domicile

L’avenir de l’énergie est dans l’autonomie parait-il. Mais il y a encore du boulot pour les petites mains.

Les porteurs d’eau montaient de quoi faire un bain parfumé et les bougnats des sacs de charbon dans les étages du XVIe pour se chauffer. Maintenant, quand vous commander par une appli des granulés pour votre poele  ou des capsules d’hydrogène, il y a bien toujours un gars qui se tapent les sacs ou les bonbonnes dans les immenses dépôts d’Amazon ou dans vos escaliers sans ascenseur.

L’allumeur de réverbère sortait à la tombée de la nuit pour illuminer les rues. Les « juicers » (mieux que rechargeur de trottinettes) sortent à la même heure collecter et recharger les véhicules abandonnées, qu’ils doivent localiser sur leur smartphone. Un grand jeu de Pokemon Go avec une carotte financière au bout. Le plus rigolo c’est quand ils collectent les trottinettes les jours de pic de pollution avec des camionnettes diesel.

Ces activités passeront pour certaines aussi vite que la mode des Pokemon Go. D’autres sont aussi le chemin de nouvelles organisations du travail à plus ou moins long terme. Des petits jobs d’opportunité pour les uns, d’esclaves modernes pour les autres ou un vrai sacerdoce pour vivre et bosser autrement pour d’aucun. Un boulot, c’est toujours ce que celui qui l’accepte en fait, ou en subit.

Pour découvrir une vision (très) optimiste des nouvelles formes de travail, plutôt destinée aux gens qui seront armés d'une formation, de confiance en eux et d'une bonne lecture du futur, mais pourquoi pas parler de cette face là? Voir Denis Pennel Travail, la soif de liberté

 

Retour à l'accueil