Au musée des Arts de Nantes, j'ai été soufflée par le travail de Philippe Cognée. Tours et masures, entrepôts et chambres frigorifiques, portraits brouillés, vanités et vues de Google maps qui écrivent des messages mystérieux comme HIU. Une sensation étrange de froideur et pourtant de profondeur de la modernité.

 

Retour à l'accueil